• Sylvie Bauche

Ta-mehou

On remarque la présence de l’eau partout sur Ta Mehou. L’eau devient vite l’entité donnant la vie. Rê lui-même provient du Noum, grand océan primordial dominant l’univers. La terre envahie par l’eau sacrée le devient elle aussi. Ainsi commence la longue histoire de la nomination du territoire. Chaque espace défini devient sacré et de ce fait doit vivre. Pour rendre vivant, l’homme de Kemet donne un nom, le ren

Ren : une ligne cassée, imitant un mouvement compris entre deux lignes fermées aux extrémités, mais largement ouverte en son milieu, bref une bouche.Voir photo

r- la bouche, l’entre deux rives. Phonogramme unilitère

n- l’eau en mouvement. Phonogramme unilitère

Le fait de nommer une région c’est rendre vivant tout ce qui s’y trouve : eau, terre, flore, faune, homme et tout ce qui lui sera rattaché en tant que biens : sanctuaires, palais, statues, villes, forts, bateaux et entités.

Ainsi la Basse-Égypte, Ta Mehou sera divisé en 20 territoires, 20 espaces sacrés délimités par la surface cultivable d’une longueur d’environ 35 à 45 km pour une largeur d’environ 15 km. La superficie correspondant à celle des terres cultivables avec bourgades. Chaque territoire aura un nom, numéro de classement, une capitale avec son fonctionnaire responsable, futur grand Seigneur, organisant le quotidien des hommes et celui des bêtes domestiquées et rendant compte à l’administration centrale de pharaon, de l’état dans lequel se trouve l’espace sacré. Avant de parler de nome auquel on va donner un nom, l’espace défini sera reconnaissable par son emblème. L’origine de la division des territoires semble incertaine, mais les limites ne seront pas remises en question. On peut identifier le territoire, le nome par la représentation de l’emblème : un homme, un animal, un objet identifiant une relation avec ce que l’homme voit, vit ou ressent ou désire voir, vivre, ressentir. Une des premières peuplades cherchant une identification placera un ibis, oiseau populaire dans la région d’Hermopolis, sur sa nacelle de papyrus. Voyageant ainsi sur les eaux dangereuses, protégées par l’oiseau migrateur à l’œil perçant cherchant et trouvant chaque jour sa pitance. Le mythe n’est pas loin. L’ibis deviendra l’emblème du 15e nome de Basse-Égypte.

L’emblème sera posé sur un support, pouvant être déplacé. Il est vivant, respecté et représentatif lors des cérémonies. Un emblème est le double de l’image représentée, son ka vivant, substance sortie de l’animal, de l’homme, de l’objet. Placé sur le support iat, il est par un jeu d’écriture comme ayant été là depuis le début de la création. voir photo


Sortant de la butte primordiale, il fait partie des représentations d’image si ancienne qu’il est comme imprégné de l’histoire. C’est un témoin qui a vu, vit et ressent, rendant possible l’équilibre du territoire. C’est ce qui en fait la valeur sacrée, intouchable, indestructible donc éternelle. Âmes de ceux qui sont venus peupler Kemet avant les hommes, les dieux. L’emblème va devenir indispensable pour la bonne marche de la monarchie, symbole d’autorité et de pouvoir.

La terre de Ta-Mehou est une invitation à voyager dans le temps, dans les espaces surdimensionnés où se mêlent les légendes des marais, des animaux fantastiques, où s’animent des outils de première nécessité façonnés de la main de l’homme, de celui qui a osé s’aventurer sur les terres hostiles pour y développer la civilisation.

En écrivant à l’aide des medou neter plus connus sous la dénomination grecque Hiéroglyphe, on peut s’imager l’idée que se faisaient les hommes de cette partie de leur pays.

La terre basse présente à la création qui va immerger, gardienne des grands mystères de la vie se tournant vers l’avenir des hommes. La domestication des animaux freine le nomadisme. L’homme installe sa demeure, au sec sur les hauteurs d’une butte, organise son quotidien à la lumière du soleil et du feu se préoccupant des terres à ensemencer et des troupeaux à faire grandir.

Extrait du cahier n°1 : Les couleurs du Delta https://www.sylvie-bauche.com/livres




ME SUIVRE

  • Facebook Social Icône

© 2020 Sylvie Bauche. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now